Ignorer la navigation

Jean-Claude COMMENCHAL     

 Expert spécialiste des étains du Moyen-Âge au XX ème siècle

1 - Un pichet inconnu

 

DESCRIPTIF

 

PICHET en étain, à épaulement, pied évasé, gobelet droit et poucier à deux bourgeons. Il est muni d’un couvercle très légèrement bombé à petite terrasse circulaire centrale.

Poinçon de contrôle : C ou F couronné / /--- / BEARN / (169)1.

Poinçon de maître inédit : maison de montagne / (----) DES COM(--).

Poinçon de jaugeage : trois pals réunis par une fasce surmontée d’un volatile (paon ?).

Hauteur : 27 cm hors tout.                    

 

ANALYSE DES INFORMATIONS

 

1 - Le poinçon de jaugeage reprend l’essentiel des armes de PAU qui sont "d'azur, à trois pals fichés d’argent, réunis par une fasce de même, le pal du milieu surmonté d'un paon faisant la roue et accompagné de deux vaches affrontées d'argent"

 

2 – Le dictionnaire étymologique des noms de familles donne quelques possibilités de compléter le nom du maître, « descome » ou « descombe », désignant en Gascogne, une maison située dans les combes, symbole choisi par le maître dans la configuration de son poinçon

 

3 – La seule localité plausible compte tenu de ce que livre le poinçon de contrôle est SALIES DE BEARN, située à proximité de PAU. Quant au millésime (très probablement 1691), on n'en lit que le dernier chiffre : 1.

Ce pichet date des dernières années du XVII ème ou de la première moitié du XVIII ème s.

 

ETAT ET COMMENTAIRE

 

La pièce est en parfait état de conservation.et la fonte est très massive et de très belle qualité. C’est à ma connaissance le seul exemplaire gascon connu à ce jour et donc de premier intérêt typologique. C’est en tous cas le premier qui sera répertorié. La littérature spécialisée n’en reproduit aucun et est par ailleurs quasi totalement muette sur la production des potiers d’étain de cette région.

2 - Une enigme résolue

 

DESCRIPTIF

Pichet en étain du type 1 bas-normand porteur d'une contremarque figurant sous le couvercle, fourchette et cuiller croisées accompagnées des initiales B.F.A

Cette contremarque a été constatées de nombreuses fois ces dernières décenies sur des pichets de MAYENNE, LE MANS, SAINT-LÔ et CAEN, sans jusqu'ici qu'il ait été possible de d'expliquer sa présence sur des productions de ces centres bas-normands géographiquement voisins.

 

ATTRIBUTION

J'ai comparé ces initiales avec celles des maîtres bas-normands de ma base de données accumulées et saisises depuis plus de dix ans et j'ai obtenu une réponse unique : BAZIRE Ferdinand Aimé, actif à AVRANCHES et à SAINT-HILAIRE-DU-HARCOUËT, au début du XIX ème s. et dont les initiales B.F.A correspondent très exactement à celles de son nom et de ses deux prénoms.

Il est donc hautement probable que ce maître louait l'un des ses moules à ses confrères des centres voisins cités ci-dessus.

3 - Une attribution aboutie

 

DESCRIPTIF

 

COFFRET aux Saintes Huiles en étain pour le Baptême et l'Extrême Onction, de forme rectangulaire à couvercle pyramidal, complet de ses trois ampoules et de leurs bâtonnets. L'ensemble est indiscutablement homogène. (cliché ci-contre)

 

Il livre les éléments suivants :

- une mention gravée : CORCOVE / 1598 lisible sur le couvercle

- un poinçon de maître inédit non identifié apposé sur le bâtonnet de l'une des ampoules : marteau et initiales I.V.

 

ANALYSE DES INFORMATIONS

 

1. Ni la forme du coffret ni la typologie de son poinçon que l'on constate l'une et l'autre dans de très nombreux centres de production français ne nous sont d'aucune aide quant à la provenance géographique de cet objet.

2. En revanche, la mention « CORCOVE/1598 » (lire Corcoué, le U et le V étant confondus dans l'écriture de cette époque) est beaucoup plus intéressante, car elle nous livre le nom du lieu d'utilisation du coffret : église ou paroisse de CORCOUE-SUR-LOGNE, petite localité proche de NANTES en Pays-de-Loire.

3. Ma base informatique de données, dans laquelle sont saisis les noms de plus de 13000 maîtres, questionnée à partir des intiales relevées sur le poinçon (I.V ou J.V; I.U ou J.U) le I et le J étant très souvent confondus dans l'écriture de cette époque, ainsi que le U et le V), me donne les réponses suivantes :

- Ignace VONFU, cité à ANGERS en 1487

- Isaac VALLOYRE reçu maître à FONTENAY-LE-COMTE avant 1591

- et quelques autres au XVIII ème s répartis sur l'ensemble du territoir national.

 

Le premier et les derniers sont anachroniques

La prospection avec les initiales I.U, J.U et J.V ne donne aucun résultat.

Seul le second peut être retenu. Il est d'autant plus plausible que FONTENAY-LE-COMTE n'est situé géographiquement qu'à quelques kilomètres de CORCOUE-SUR-LOGNE.

 

LA CONCLUSION

 

Ce coffret peut donc être attribué avec une très bonne probabilité à Isaac VALLOYRE reçu maître avant 1591 à FONTENAY-LE-COMTE